»
1/02/2017

[Fr] Le Prophète en 22 extraits

Le Prophète est un livre du poète libanais Khalil Gibran (1883-1931) publié en 1923 en anglais et qui est devenu un immense succès international traduit dans plus de quarante langues. L’ouvrage combine les sources orientales et occidentales du mysticisme et présente sous une forme poétique questions et réponses sur les thèmes les plus divers posées à un sage qui s’apprête à quitter la ville d’Orphalese où il habitait.
Le genre littéraire adopté rappelle Ainsi parlait Zarathoustra de Nietzsche [...] — Wikipedia

Comme le résume bien Wikipédia, ce livre est une succession de questions et de réponses données par un hypothétique prophète à une foule avant son départ pour le grand large. On notera la transition des thèmes partant de l'amour immatériel, au matériel puis passant par l'élévation de l'âme et pour enfin terminer par la mort. Chaque thème commence par la question d'une personne de la foule et les réponses du "prophète" sont belles par la poésie et la puissance visuelle qu'elles libèrent.



Le prophète


L'amour (Almitra)

 "L'amour ne possède rien et ne saurait être possédé, car l'amour suffit à l'amour."

Le Mariage (Almitra)

 "Remplissez vos coupes l'un pour l'autre, mais ne buvez pas dans une seule coupe."
 "Offrez votre coeur à l'autre, mais ne lui en confiez pas la garde"
 "Le chêne et le cyprès ne peuvent croître dans l'ombre l'un de l'autre."

Les enfants (une femme)

 "Vous pouvez abriter leurs corps, mais pas leurs âmes,"
 "Car leurs âmes habitent la maison de demain, que vous ne pouvez visiter, pas même dans vos rêves."

Le Don (un homme riche)

 "Vous donnez peu quand vous donnez vos biens."
 "C'est en donnant de vous-mêmes que vous donnez vraiment."

Le boire et le manger (un aubergiste)

 "Si seulement vous pouviez vivre du parfum de la terre et, telle une plante aérienne, vous nourrir de la lumière !"

Le Travail (un laboureur)

 "Quand vous travaillez, vous êtes une flûte qui transforme le murmure des heures en musique."

La Joie et la Peine (une femme)

 "Plus votre peine entaille profondément votre être, plus vous pouvez contenir de joie."
 "Quand vous êtes joyeux, sondez les profondeurs de votre coeur, et vous découvrirez que ce qui vous a donné de la peine vous donne à présent de la joie."
 "Quand vous êtes tristes, sondez de nouveau votre coeur et vous vous apercevrez qu'en vérité vous pleurez sur ce qui vous a réjoui."

Les Maisons (un maçon)

 "Et dites-moi, habitants d'Orphalèse, que détenez-vous dans vos maisons ? Que protégez-vous derrière vos portes verrouillées ?"
 "Détenez-vous la paix, cette ferveur sereine qui révèle votre pouvoir ?"
 [...] "Ou bien n'avez-vous que le confort, et le désir du confort, cet intrus qui s'immisce dans la maison en tant qu'invité, avant de devenir un hôte permanent, puis le maître des lieux ?"

Les habits (un tisserand)

 'Vos habits dissimulent une bonne part de votre beauté, mais ne cachent pas votre laideur."
 "Et bien que vous recherchiez dans vos vêtements la liberté de l'intimité, il se peut que vous y trouviez un harnais et une chaîne."

L'achat et la vente (un marchant)


Le crime et le châtiment (un juge)

 "Souvent je vous ai entendu parler de celui qui a commis une faute comme s'il n'était pas l'un des vôtres, mais un étranger parmi vous et un intrus dans votre monde."
 "Et lorsque l'un d'entre vous trébuche, sa chute prévient ceux qui le suivent et les met en garde contre la pierre glissante."
 "Le juste n'est pas innocent des forfaits du méchant,"

Les lois (un homme de loi)


La liberté (un orateur)


La raison et la passion (la prêtresse)

 "La raison et la passion sont le gouvernail et les voiles de votre âme de marin."
 "Car si la raison gouverne sans partage, elle est une force contraignante, tandis que la passion sans contraintes est une flamme qui se dévore elle-meêm jusqu'à l'extinction."

La souffrance (une femme)


La connaissance de soi (un homme)

 "Vous voudriez connaître en paroles ce que vous avez toujours connu en pensées."
 "Ne dites pas: “J'ai trouvé la vérité“, mais plutôt: “J'ai trouvé une vérité.“"

L'enseignement (un maître)

 "S'il [NLDR: Le maître] est vraiment sage, il ne vous invite pas à entrer dans la maison de sa sagesse, mais vous conduit plutôt jusqu'au seuil de votre propre esprit."

L'amitié (un jeune homme)

 "Que votre ami vous ouvre son esprit en paroles, vous ne craignez pas le "non" qui survient dans le vôtre ni ne retenez le "oui"."

Le verbe (un érudit)

 "Vous parlez quand vous cessez d'être en paix avec vos pensées. Quand vous ne pouvez demeurer plus longtemps dans la solitude de votre coeur, vous vivez sur vos lèvres, et le son qu'elles émettent n'est que distraction et passe-temps."
 "Car la pensée est un oiseau de l'espace, qui dans la cage des mots peut déployer ses ailes, mais ne peut pas voler."

Le temps (un astronome)

 "Vous voudriez mesurer le temps, lui qui n'a ni mesures ni limites. Vous voudriez ajuster votre conduite et même diriger le cours de votre esprit en fonction des heures et des saisons. [...]

Le bien et le mal (un ancien)

 "Vous êtes bons de multiples manières, et quand vous n'êtes pas bons, vous n'êtes pas mauvais pour autant. Vous êtes seulement indolent et paresseux. Quel dommage que le cerf [NDLR: Le prophète] ne puisse enseigner la vitesse à la tortue."

La prière (une prêtresse)

 "Vous priez dans la détresse et dans le besoin ; vous devriez aussi prier dans la plénitude de la joie et dans les jours d'abondance."
 "Et si vous en êtes réduits à pleurer quand votre âme vous appelle à la prière, elle devrait vous éperonner sans relâche, jusqu'à ce que le rire émerge de vos larmes."
 "Quand vous priez, vous vous élevez pour rencontrer en plein ciel ceux qui prient à la même heure, et que vous ne pourriez côtoyer en dehors de la prière."

Le plaisir (un ermite)


La beauté (un poète)

 "La beauté n'est pas un besoin mais une extase"
 "Elle n'est ni l'image que vous voudriez voir ni le chat que vous souhaiteriez entendre, Mais plutôt l'image que vous voyez en fermant les yeux, le chant que vous entendez en vous bouchant les oreilles"

La religion (un vieux prètre)

 "Ai-je parlé d'autre chose aujourd'hui ?"
 "La religion n'englobe-t-elle pas tout acte et toute réflexion."

La mort (Almitra)

 "Votre peur de la mort n'est que le tremblement du berger, debout devant le roi qui s'apprête à poser la main sur lui pour l'honorer"

Les adieux

 "Vous juger en fonction de vos échecs , c'est blâmer les saisons pour leur inconstance."
 "Ce qui en vous semble le plus faible et le plus hésitant est en fait le plus fort et le plus déterminé. N'est-ce pas votre souffle qui a érigé et renforcé la structure de vos os ? Et n'est-ce pas un rêve, [...] qui a édifié la ville et façonné tout ce qu'elle abrite ?"

Bref, si c'est votre tasse de thé et que vous avez quelques heures devant vous, allez-y. Oh ! Et pour les plus paresseux le livre a été adapté au cinéma par le réalisateur du Roi Lion :


»
 
 
Made with on a hot august night.
http://bit.ly/1II1u5L